Diabète: les compagnies d'assurance maladie suppriment les bandelettes de test



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pour la plupart des diabétiques, les bandelettes de test d'urine et de glycémie doivent être supprimées du catalogue de services des compagnies d'assurance maladie légales.

À l'avenir, les compagnies d'assurance maladie obligatoires ne souhaitent plus couvrir le coût d'une bandelette de test urinaire ou glycémique pour le diabète sucré de type II et les supprimeront en conséquence du catalogue de services des assureurs maladie. Tous les diabétiques qui n'ont pas besoin d'insuline mais qui sont traités sous forme de comprimés sont concernés. Selon les compagnies d'assurance maladie, des mesures constantes de glycémie dans ce groupe de patients n'auraient pas de sens sans d'autres indicateurs médicaux.

Les assureurs maladie légaux prévoient déjà de retirer cet été les bandelettes de test d'urine et de glycémie du catalogue de services des assureurs maladie. La nouvelle réglementation concerne les patients atteints de diabète sucré de type II qui ne sont pas soumis à des besoins en insuline mais qui sont traités sous forme orale. C'est le résultat d'une résolution commune du Comité mixte fédéral (G-BA) des professionnels de la santé et des compagnies d'assurance maladie.

Aucun remboursement pour les diabétiques avec thérapie orale
Environ 4,5 millions de personnes en Allemagne souffrent de diabète. Environ trois millions de diabétiques ne sont pas traités par insuline. Il n'y aura aucun remboursement pour les bandelettes de test de glycémie pour ces patients à l'avenir. Les médecins ne devraient être en mesure de délivrer une prescription de bandelettes réactives avec des indicateurs médicaux que si, par exemple: en raison du changement de médicament, les valeurs sanguines doivent être mesurées régulièrement ou d'autres comorbidités ou complications surviennent. Le Comité fédéral veut se réunir le 17 mars et décider du changement de règlement. La nouvelle réglementation pourrait entrer en vigueur dès l'été 2010.

Aucun bénéfice médical Avec la vente de bandelettes de test pour diabétiques, l'industrie pharmaceutique génère un chiffre d'affaires d'environ 1,2 milliard d'euros par an en Allemagne. Environ 900 millions d'euros en ont été financés sous forme de prestation en espèces. Un pack de bandelettes réactives (50) coûte environ 30 euros selon le fournisseur. Les caisses maladie justifient cette démarche par la nécessité de mesures régulières chez la plupart des patients diabétiques. L'économiste de la santé de Brême, Gerd Glaeske, a souligné dans un reportage du Rheinische Post que dans de nombreux pays européens, les bandelettes de test doivent payer de leur poche. À l'avance, l'Institut pour la qualité et l'efficacité des soins de santé (IQWIG) avait déterminé qu'en termes de thérapie et de soins de santé, il n'était pas nécessaire pour la plupart des diabétiques de mesurer en continu les valeurs sanguines à l'aide de la bandelette.

L'association diabétique annonce une manifestation Les économies sont critiquées par l'Association des diabétiques en Allemagne (DDB). Le président de l'association, Dieter Möhler, a déclaré dans une interview que les patients sont poussés "dans la folie et la médecine des années 1970". Un appel de protestation a continué: "Les patients risquent de perdre l'instrument le plus important de leur autogestion du diabète, et à long terme, des complications coûteuses surviendront. L'association appelle à un rassemblement de protestation devant le siège du Comité fédéral à Berlin le 17 mars. "La manifestation espère envoyer un signal fort aux décideurs: prêter attention aux préoccupations des diabétiques atteints de maladies chroniques et leur permettre de participer davantage aux nôtres Pour permettre à la société dans les domaines des loisirs et du travail ", a souligné le président fédéral du DDB, Dieter Möhler. Après tout, on aimerait également se plaindre au ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (FDP). Le ministère a le dernier mot à ce sujet. Cependant, le ministère n'en fait généralement pas trop. Résolutions du G-BA. (Sb)

Lisez aussi:
Les aliments diabétiques n'ont aucun avantage
Diabète: sport et nutrition bénéfiques
Diabète: douze facteurs de risque décodés
Le diabète de type II présente un risque accru de cancer

Image: Michael Horn / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: La protection des données à caractère personnel dans lEducation nationale


Commentaires:

  1. Ammitai

    Je pense que tu as tort. Entrez, nous discuterons. Écrivez-moi dans PM.

  2. Gerrald

    Vous avez frappé la marque. Dans ce document, je pense aussi, quelle est la bonne idée.

  3. Paavo

    Vous avez tort. Je suis sûr. Je suis capable de le prouver.

  4. Yesuto

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis sûr. Je peux défendre ma position. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.



Écrire un message


Article Précédent

Risques liés aux polluants: conseils pour griller

Article Suivant

Infection: un jeune de 14 ans est décédé des suites d'un tampon